Paradise Papers : « La majorité se disqualifie en ne demandant pas à Serge Dassault de démissionner »

01

Lire l’intégralité de l’article sur le site du Parisien

Le Parisien | Lundi 13 octobre 2017. Le groupe Rassemblement de la gauche et des écologistes a déploré que le milliardaire reste président de la commission des finances du conseil départemental malgré les « pratiques de son entreprise ».

C’est la deuxième fois que le groupe Rassemblement de la gauche et des écologistes réclame la démission de Serge Dassault. Ce lundi, l’opposition au conseil départemental de l’Essonne a demandé en séance publique à Evry la démission de Serge Dassault (LR) de la présidence de la commission des finances.

« L’entreprise Dassault aviation a été épinglée dans le cadre des Paradise Papers pour de l’optimisation fiscale à la limite de la légalité mais sans aucun doute moralement condamnable, ont déploré les élus d’opposition Damien Allouch et Ronan Fleury. Cette affaire vient s’ajouter à la lourde condamnation de l’ex-sénateur et ancien maire de Corbeil-Essonnes en début d’année en première instance à 2 M€ d’amende et 5 ans d’inéligibilité pour blanchiment de fraude fiscale (NDLR : Serge Dassault a fait appel de cette décision). »

(…)

Le groupe RGE, présidé par David Ros (PS), n’en a pas démordu. « La majorité se disqualifie sur les sujets de lutte contre la fraude au SRA et la baisse de dotations en ne demandant pas à Serge Dassault de démissionner de la présidence de la commission des finances », a insisté l’opposition.