Séance après séance, la droite départementale continue d’attaquer les Essonniens et notamment les plus fragiles

01

Tribune du Groupe RGE dans le mag’ de l’Essonne

Télécharger le tribune

Alors que le Compte administratif 2016 a démontré que le coup de massue fiscal de 70 millions d’euros était démesuré, la majorité continue l’austérité sur le plan social. A chaque séance, de nouvelles mesures contre les familles, les plus pauvres et les plus fragiles.

Lors de la séance du 3 juillet, la droite essonnienne a ainsi une nouvelle fois voté une délibération s’attaquant aux plus fragiles en  augmentant la participation financière de la carte améthyste des personnes âgées, handicapés et anciens combattants.  Ce ne sont pas moins de 300 000 euros ponctionnés à ces catégories de la population.

Lors de la séance du 29 mai, la majorité a fait voter, en catimini, en annexe d’un rapport sur la tarification de la restauration scolaire, un nouveau règlement départemental des services de restauration. Alors que celui-ci aurait mérité d’être débattu, la Vice-Présidente a minimisé son importance dans sa brève présentation. Pourtant ce règlement s’impose à tous les collèges et remplace ceux votés par les conseils d’administration et donc par l’ensemble de la Communauté éducative.

Ainsi, ce document interdit la prise en compte des « convictions personnelles » dans la gestion de la facturation de la restauration scolaire dans les collèges. Cette vision faussée de la laïcité permet désormais de :

  • D’interdire aux collèges la mise en place de repas de substitution. La droite départementale rejoint ainsi certaines villes essonniennes comme Athis-Mons, Chilly-Mazarin ou Wissous. Toutes ciblent une certaine catégorie de la population, la discriminant de manière inadmissible.
  • De sortir des jours non facturés, les absences en raison des « convictions personnelles »

Ce règlement, établi soi-disant en concertation avec les partenaires éducatifs, n’a réuni que des représentants des personnels de direction des collèges dont les considérations ne sont le plus souvent pas prises en compte. Les parents d’élèves généralement associés au sein des conseils d’administration des collèges au vote des règlements intérieurs, ont tout simplement été « oubliés » alors qu’ils sont les premiers concernés !

Avec cette mesure, la droite s’attaque donc directement à une catégorie de la population. Notamment celle qui vient d’achever un mois de ramadan et qui va payer un mois de repas non consommés !

Ce document va supprimer des aménagements favorables aux familles souvent établis en concertation avec les associations de parents d’élèves depuis plusieurs années, comme les motifs d’absence liés à la santé qui n’apparaissent pas non plus dans ce règlement.

La justice sociale appelle plus de discernement, ce dont manque cruellement la droite départementale !