Le Conseil départemental doit être exemplaire face à la crise des migrants

Le Conseil départemental doit être exemplaire face à la crise des migrants

Tribune

Tribune écrite le vendredi 11 septembre

 

Depuis plusieurs semaines, face au drame humain qui se joue à nos portes, un élan de solidarité s’est emparé des Françaises et des Français. Les initiatives se font jour pour soutenir une position responsable et humaniste et organiser au mieux, tant au niveau européen que national, l’accueil des réfugié-e-s qui arrivent sur notre continent par centaines, fuyant les massacres et les persécutions.

Notre continent et notre pays sont les héritiers des vagues migratoires qui ont émaillé leur histoire, façonné leur identité. Sans nier les difficultés et les enjeux importants d’intégration, cet héritage est une richesse, ces migrations sont un atout… Et non le mal et les craintes que la droite dure et l’extrême droite instillent sur fond de crise économique. Tous les républicains doivent combattre ces idées nauséabondes.

Alors que l’Europe s’organise et tente de trouver une solution globale et équilibrée pour répondre à cette situation, la France se prépare à faire face à ces nouvelles arrivées : mesures pour optimiser les conditions d’entrée des réfugié-e-s en Europe, mécanisme de solidarité européen, lutte coordonnée contre les réseaux de trafic des êtres humains, politique de développement et de soutien en direction des pays source et de transit, réforme du système d’asile en France, création de places en centres d’accueil… L’État est à pied d’oeuvre pour préparer l’accueil des 24 000 réfugiés annoncé par le président de la République, et permettre à ces enfants, ces hommes et ces femmes de trouver enfin en Europe et en France la paix et la sécurité qu’ils recherchent.

C’est dans ce contexte qui exige la pleine mobilisation de toutes les collectivités, que l’institution départementale doit être le fer de lance d’un mouvement qui appelle à l’action l’ensemble des maires essonniens. Nous devons montrer l’exemple en participant à l’effort de solidarité et en coordonnant les très nombreuses initiatives politiques, associatives et citoyennes.

De nombreux responsables politiques, au-delà des clivages, ont formulé le souhait de contribuer à l’accueil des exilé-e-s dans les meilleures conditions possibles. Ce choix républicain, partagé par des associations et un très grand nombre de nos concitoyen-ne-s refusant de fermer les yeux sur ces drames humains, nécessite l’organisation rapide et concertée d’un réseau essonnien de villes solidaires qui agiront aux mieux des intérêts des refugié-es accueillis.

Face à l’urgence de la situation, notre groupe a interpellé, le 8 sep tembre dernier, le président du Conseil départemental sur la nécessité d’agir en ce sens le plus rapidement possible. Notre collectivité incarne la solidarité. Personne ne comprendrait que le département de l’Essonne ne participe pas activement.